Dante Alighieri, au siècle Dante, naquit à Florence à une date indéterminée entre mai et juin 1265. Il était le fils d’Alighiero da Bellincione un noble mineur de Florence qui semble faire l’usurier, sa mère s’appelait Bella degli Abati du bourg de Montegemoli di Volterra, qui mourut bientôt, laissant Dante encore enfant.

De la vie de Dante nous savons peu et surtout grâce à des personnages de l’époque qui le connaissaient, parce qu’il n’a jamais dit grand chose de lui-même de manière directe.

Nous savons qu’il se consacra à la rhétorique, à la philosophie et à la culture françaises et qu’il entra en contact avec les écoles qui promouvaient la poésie en langue vernaculaire.

En 1277, Gemma Donati lui est promise en mariage, qui devient sa femme quelques années plus tard et qui, déjà avant l’exil de Dante de Florence, lui a donné au moins trois enfants : Pietro, Iacopo et Antonia.

Pendant ce temps à Florence sévit une lutte politique ouverte au sein de la faction Guelfe : d’une part il y a les Guelfes Noirs, c’est-à-dire la noblesse traditionnelle de la ville qui soutient le pape Boniface VIII, de l’autre il y a les Guelfes Blancs, c’est-à-dire la noblesse des commerçants, la nouvelle, y compris Dante.

 

Les Guelfes blancs perdent et sont condamnés en 1302. C’est précisément en ce moment que Dante, totalement opposé à la politique de Boniface VIII, est condamné pour échange et expulsé vie naturelle pendant la Toscane, sous peine de mort.

A partir de maintenant Dante commence son long pèlerinage « pour les escaliers d’autrui », c’est-à-dire en entrant et en sortant de maisons qui ne lui appartiennent pas, sans la liberté véritable de décider pour lui-même, jusqu’à la mort.Il se rendra à Forlì, puis à Bologne, dans le Casentino, à Vérone, et enfin il aboutit vers 1318 « sur la marina où l’Po descend » (Inf. V, 98) à Ravenne, appelé par Guido da Polenta, seigneur de la ville.

Ici, dans notre belle ville de plaine, commencent les dernières années du Souverain, où il lui sera donné la possibilité d’exercer la profession de lettré, avec l’institution d’un cercle de poètes rimatoires en langue vulgaire, ainsi que d’ambassadeur pour la seigneurie locale.

Guido da Polenta lui donnera également la possibilité de terminer l’œuvre magnifique pour laquelle nous nous souvenons de lui, à savoir la Comédie. C’est à Ravenne qu’il semble avoir terminé la cantique du Paradis et pris de nombreuses suggestions pour certains décors et descriptions du Purgatoire, tout en parcourant la ville, à l’intérieur de ses églises byzantines et des lieux emblématiques, comme la pinède.

Une fois à Ravenne, ses fils Pietro et Iacopo l’ont rejoint et ont acquis une maison près de la basilique San Vitale et Antonia, qui est devenue une nonne au monastère de Santo Stefano degli Ulivi.

 

Au cours de 1321, Dante est appelé par son ami Giovanni del Virgilio à Bologne pour recevoir des lauriers poétiques, mais il décide de décliner par crainte du nouveau podestat de la ville Fulcieri de Calboli, l’un des Guelfes noirs florentins qui avait promu sa condamnation à l’exil.

Guido da Polenta l’envoie peu après à Venise pour résoudre une controverse. Le voyage fut fatal pour le poète, car au retour, en passant par les marais deltitiens, il contracta la malaria.

Il meurt à Ravenne dans la nuit du 13 au 14 septembre 1321. Ses funérailles ont été célébrées dans l’église de San Francesco et a été enterré d’abord dans le couvent franciscain, puis a été créé une zone dédiée, appelée zone de Dante. À la fin du Xviiie siècle, la commune de Ravenne demanda à l’architecte Camillo Morigia de réaliser le tombeau de Dante, sous la forme d’un petit temple néoclassique.

Aujourd’hui encore, la dépouille du Grand Poète repose à l’intérieur.